Partage d’expérience : découvrez en vidéo le témoignage de Béatrice Lhuillier, Facilitatrice graphique et Fondatrice Skecthnotes Facile ainsi que d’Imaginographe, qui nous explique comment elle a apaisé sa relation à l’argent et retrouvé la sérénité financière qui lui manquait.

Point de départ : Une appréhension à franchir le seuil de la microentreprise

Au début de son accompagnement, Béatrice était arrivée au seuil de la microentreprise et se sentait freinée dans son développement par les éventuelles difficultés qu’elle pourrait rencontrer si elle devait passer en entreprise.

Avec la gestion de deux activités, elle savait qu’elle ne pouvait plus tout gérer seule, mais se sentait coincée par le passage à la TVA.

“ Quand j’ai commencé à faire un peu de chiffres, j’ai réalisé que je ne pouvais plus tout faire toute seule. Il faudrait que je paie quelqu’un pour m’aider, là ça a commencé à coincer dans ma tête. Avec le modèle auto entrepreneur, je me mettais une sorte de plafond de verre en me disant : « Il ne faut pas que je dépasse pour ne pas payer les passages de TVA. » ”

Elle avait donc besoin d’apprendre à mieux gérer ses finances et à piloter son business, afin de se sentir plus confiante et d’aborder sereinement le passage en entreprise.

 

Étape 1 : Retrouver de la sérénité grâce à la délégation

Pour commencer, nous avons travaillé sur ses croyances par rapport au coût de la délégation, ce qui lui a permis de recruter une personne pour l’épauler sur la partie comptabilité alors qu’elle y passait énormément de temps chaque semaine.

“ C’est un des trucs que tu as débloqué, chez moi. Je pense que je passais à peu près 4 heures par semaine, le vendredi la plupart du temps, à faire ma compta, à chercher mes justificatifs, à vérifier les factures… Puis, tu m’as dit : » Béatrice, pourquoi tu ne prends pas quelqu’un ? » “

Grâce à cette prise de conscience, Béatrice a pu trouver en interne la ressource dont elle avait besoin et gagner un temps considérable chaque semaine pour faire d’autres choses qui lui apportaient plus de satisfaction.

“ Cela m’a enlevé un poids énorme. Donc un des premiers jalons que l’on peut voir, c’est le moment où j’ai délégué cette partie-là. Maintenant, on va pouvoir passer ces 4 heures à autre chose. Et 4 heures dans une semaine, c’est beaucoup. “

Par la suite, elle a pu mettre en place des tableaux de bord qui lui ont permis de gagner en visibilité sur ces finances et de se sentir plus en confiance par rapport aux flux d’argent de son entreprise.

 

Étape 2 : Apaiser son rapport à l’argent

Béatrice éprouvait le besoin de poursuivre le travail amorcé depuis plusieurs années sur les blocages qu’elle ressentait par rapport à ses finances.

Afin de l’aider à apaiser sa relation avec l’argent, nous avons travaillé sur sa vision, sa stratégie et ses objectifs ce qui lui a permis de se sentir plus en sécurité vis-à-vis de ses finances.

“ Tu sens chez moi qu’il y a ce besoin. Il y a un temps pour tout et c’est ce que j’aime bien chez toi. C’est ce côté très humain en fait dans ce partenariat. Je me sens soutenue par toi. J’ai hâte d’avoir nos rendez-vous, je sais qu’on va passer un bon moment et en général je ressors avec beaucoup de notes, quelques coups de pied au cul aussi de temps en temps. “

En posant un nouveau regard sur les chiffres et en apprenant à mieux les comprendre, Béatrice a cessé de ressentir du stress et s’est sentie plus en confiance pour passer à l’action.

“ Quand on commence à nous reparler de compte de résultat, de charge, de TVA… C’est comme une langue étrangère et je ne sais pas la parler. Tu nous fais la traduction de cette chose-là et on arrive même à la fin à presque parler la même langue. On arrive à se comprendre et cela fait une belle interface. Finalement, petit à petit, on gagne en autonomie, on arrive même à avoir une discussion d’égal à égal avec son expert-comptable. “

Le mot de la fin

Selon Béatrice, le fait de se faire accompagner permet de gagner du temps, et il n’est jamais trop tard pour prendre de nouvelles habitudes.

“ Pour la dernière année d’auto entreprise, ça aurait été intéressant déjà de préparer la suite parce que cela aurait permis de prendre certains réflexes. “

Pour elle, le fait de prendre des automatismes au moment du passage de la microentreprise vers la société (voire même bien avant) permet d’aborder ce passage de manière plus sereine.

“ Prendre des automatismes dès l’auto entrepreneuriat pour passer en société, cela passe beaucoup plus “smooth” et tranquille. “

Par ailleurs, elle explique que, pour elle, la microentreprise est une étape intermédiaire qui permet de sécuriser son projet, mais qu’elle ne doit pas s’éterniser.

“ J’ai trop d’exemples d’amis autour de moi qui sont auto entrepreneurs, et qui ne dépassent pas le fameux plafond alors qu’ils pourraient tout à fait gagner davantage, être un peu plus confortables… Mais ils ne le font pas parce qu’il y a ces limites de chiffres d’affaires qui créent un plafond qui fait qu’ils ne progressent pas davantage. C’est très dommage.

Pour moi à mon sens, l’auto entrepreneuriat, c’est une phase transitoire. Il faut tester votre idée, une fois que c’est fait, c’est quoi le step suivant ? “

 

Félicitations Béatrice pour tout ce chemin parcouru ! 

Pour en savoir plus sur ses étapes et prendre votre véritable place de dirigeant, je vous invite à profiter de notre session stratégique offerte ! Il suffit de prendre RDV ici : Je prends RDV !

Partagez cet article !