Dans notre premier article sur le diagnostic financier, je vous avais parlé d’une équation simple mais efficace qui lie la rentabilité des capitaux propres à la profitabilité, l’efficacité et l’effet de levier d’une entreprise : le système DuPont. Cette équation permet de réaliser rapidement un diagnostic global de l’entreprise. C’est également une bonne première étape pour réaliser un diagnostic complet et plus poussé de la situation financière de votre entreprise.

Vous voulez lire ou relire cet article ? C’est par ici.

Je vous propose maintenant d’aller plus loin et d’analyser les trois éléments (profitabilité, gestion des actifs et gestion de la dette) en détail.  Dans un premier article (d’une série de 3), nous allons voir comment évaluer la profitabilité d’une entreprise (le premier terme de l’équation DuPont) à l’aide de l’analyse de 3 ratios.

Tout d’abord, je pense qu’il est important de noter qu’il y a beaucoup (trop) de ratios financiers différents. Si vous ouvrez un manuel de gestion financière, vous verrez qu’il y a même plusieurs formules pour un même ratio financier. Dans cette série  d’articles, je me limite à développer un nombre restreint de ratios : ceux qui me paraissent les plus pertinents. Ce sont également,  très souvent,  ceux utilisés par les banques ou les organismes de notation pour évaluer votre risque crédit.

1. Ratio de la Marge nette

Le premier élément à analyser pour évaluer la rentabilité de l’entreprise est le ratio de marge bénéficiaire nette ou ratio de rentabilité nette.

Ratio de marge nette = Résultat Net / Chiffre d’affaires HT

Comme tout ratio, il convient de le comparer aux années précédentes et au secteur industriel (un ratio n’apporte en soi aucune information).

Si vous observez une différence significative, soit en tendance, soit par rapport à votre industrie, il est temps de vous poser les bonnes questions :

  • Avez-vous subi des profits ou pertes exceptionnels qui expliquent ces différences?
  • Non ? Alors continuez à creuser ! Qu’en est-il de  votre marge brute des ventes ? des coûts administratifs ? du niveau de vos dotations aux amortissements ? des coûts financiers (intérêts, leasing) ?

Pas de panique, tous ces éléments sont étudiés juste après à l’aide de l’analyse de ratios spécifiques !

 2. Ratio de la marge brute

La marge brute est le bénéfice engrangé avant la soustraction des coûts administratifs, des dotations aux amortissements, des charges financières et des impôts. Ce ratio se concentre donc sur le prix de vente et le coût d’achat des marchandises vendues.

Ratio de marge brute = (Ventes HT-Cout d’achat des marchandises vendues)/Chiffre d’Affaires HT

Un ratio faible (par rapport à la concurrence ou aux années précédentes) peut avoir plusieurs origines :

  • Un prix de vente inadapté ou un produit qualitativement plus faible obligeant l’entreprise à vendre à prix réduits.
  • Un cycle de fabrication moins performant voire un coût de l’inventaire trop élevé

3. Ratio de la Marge brute d’exploitation

La marge brute d’exploitation correspond au revenu de l’entreprise qui est généré par son activité. Elle englobe tous les coûts liés à la production.

Ainsi, ce ratio tient compte des coûts marketing, administratifs ou encore des dotations aux amortissements (en plus des couts d’achat des marchandises vendues).

Ce ratio peut être obtenu à partir de l’Excèdent brut d’Exploitation (EBE).

Ratio de Marge brute d’exploitation = EBE/Chiffre d’Affaires HT

Une marge brute d’exploitation faible peut avoir plusieurs origines (au delà des points soulevés en 2. – ratio de la marge brute) :

  • des coûts élevés pour amener les produits au client
  • un appareil administratif surdimensionné
  • des actifs importants entraînant d’importantes dotations aux amortissements

Vous n’avez toujours pas trouvé d’explications pour une rentabilité nette faible (mesurée en 1.) ? C’est que votre problème se situe probablement au niveau du résultat financier.

Plusieurs raisons peuvent expliquer des charges de financement plus élevées :

  • des actifs trop élevés par rapport aux ventes, c.à.d. la non optimisation d’actifs existants. Ce point peut être confirmé à l’aide de l’analyse des ratios de gestion des actifs.
  • un coût de la dette plus élevée : l’entreprise est considérée plus risquée que ses pairs et est soumise à des taux d’intérêts plus élevés. Cet élément est alors compensé dans la troisième partie de l’équation DuPont (effet de levier).

L’entreprise peut être considérée comme plus risquée du fait d’un endettement trop élevé. Attention, vous courez alors un risque de ne plus être suivi par vos banquiers sans apport complémentaire en fonds propres. Ce point devra faire l’objet d’une étude détaillée à l’aide des ratios de gestion de la dette.

À vous !

  • Calculez vos ratios de rentabilité sur les trois dernières années.
  • Comparez les à ceux de vos concurrents.
  • Mettez le doigt sur vos forces et vos faiblesses !

 

Ne manquez SURTOUT pas les autres articles à paraître dans notre série “diagnostic financier” : l’analyse de la gestion des actifs, de l’endettement et de la liquidité ! (astuce : inscrivez-vous à la newsletter LMK Training !)

Partagez cet article !