Cette semaine, dans la rubrique “avis d’experts”, j’ai le plaisir d’accueillir Gaëtan Baudry*, créateur du site My Business Plan, site de référence sur la thématique du business plan. Il nous explique l’importance d’un business plan lors d’un projet de développement et nous offre des conseils précieux pour convaincre les investisseurs ! Sans transition, je laisse donc la parole à Gaëtan :

Si vous devez lever des fonds pour pouvoir développer votre entreprise, on vous réclamera probablement un business plan. En effet, le business plan est l’outil par excellence de communication de la viabilité de votre projet. C’est le document que tout financier voudra analyser avant de prendre une décision d’investissement. Bien qu’utilisé par les financiers, ce n’est pas un document 100% financier ! Il s’agit, avant tout, d’un document stratégique. C’est ce que nous allons démontrer dans cet article.

1. Pourquoi exige-t-on un business plan ?

Le business plan de développement aura 4 objectifs :

  • Présenter le projet de développement aux financeurs
  • Identifier les besoins de financement liés à ce projet
  • Rassurer et convaincre les investisseurs potentiels (banquiers et fonds)
  • Déterminer une valorisation à votre société

Rédiger un business plan de développement, c’est s’obliger à prévoir la rentabilité d’un projet, à se projeter sur les hypothèses clés de son projet et ainsi s’assurer que le développement se fera de manière pérenne.

2. Quel format dans son business plan de développement ?

Attention, lors de la présentation de votre business plan à un financeur, la forme compte tout autant que le fonds. En effet, si la partie financière, modélisée sous Excel, permettra aux financeurs de juger de la pertinence financière du projet, les financeurs investissent avant tout dans un projet auquel ils croient et dans une équipe qui leur inspire confiance.

C’est tout le rôle du business plan de développement : Faire rêver tout en soulignant le pragmatisme du projet et de l’équipe en place.

Quelques règles en termes de format :

  • Faire court : un business plan n’a pas besoin d’être long pour être convaincant
  • Argumenté : il faut des chiffres démontrant votre connaissance du marché, de vos clients, les tendances. Les chiffres permettent de justifier cela.
  • Des graphiques ou images : afin d’être plus percutant dans votre démonstration
  • Attention à l’orthographe : Non primordiale mais pensez-vous pouvoir inspirer confiance avec une faute sur chaque ligne ?

Voici une proposition de plan éventuel :

  • Executive summary : 2 pages qui résument votre projet
  • Le besoin auquel vous répondez avec ce projet
  • La solution que vous proposez
  • Le marché : clients et concurrence
  • Le business model : comment comptez-vous gagner de l’argent
  • Votre stratégie et votre plan d’actions sur 6 mois, un an, deux ans et trois ans
  • Les résultats déjà atteints par votre société : Nombre de clients, chiffre d’affaires, retours presses, bref, tout ce qui peut montrer que vous êtes une société capable d’atteindre ses objectifs.
  • L’équipe qui porte le projet
  • Vos hypothèses financières : passées et futures
  • Vos besoins de financement et les raisons de votre demande de financement
  • Une analyse des risques

3. Comment rassurer son banquier dans son business plan de développement ?

Afin de rassurer votre banquier, il est important de mettre en exergue certains ratios et de vérifier que ces ratios sont cohérents avec les attentes de votre banque.

En voici quelques un :

  •  CAF : Il s’agit de la capacité d’autofinancement de l’entreprise qui prend en compte les flux potentiels de trésorerie (et non les flux réels).CAF = produits encaissables – charges décaissables. Votre banquier appliquera alors le ratio suivant : Dette financières/CAF afin d’estimer le temps qu’il vous faudra pour rembourser vos dettes.
  • Point mort : Il s’agit du nombre de ventes nécessaires pour couvrir l’ensemble de vos coûts fixes. En d’autres termes, le nombre de ventes à réaliser pour être viable. Son calcul = coûts fixes (CA – Charges variables)/CA
  • Taux d’endettement post projet : Afin de mesurer si vous êtes en surendettement et quelles sont vos marges d’endettement possibles. Son calcul : Dettes financières / Fonds propres

D’autres techniques pour rassurer votre banquier :

  • Avoir déjà des co financeurs : Si quelqu’un accepte de vous financer, c’est qu’il a jugé votre dossier solide.
  • Auto-financer une partie du projet de développement : Ainsi vous montrez que vous vous impliquez dans ce dossier
  • Mesurer combien la banque récupère en cas d’échec du projet : Exemple : vos stocks peuvent-ils être revendus ?
  • Votre track record : très important : on prête plus facilement à une personne ayant un historique positif qu’à un entrepreneur sans historique.

N’oubliez pas : l’objectif dans le cadre d’une demande de financement pour un projet de développement est de faire rêver tout en gardant les pieds sur terre. Vous devez donc trouver cet équilibre dans votre business plan.

*Gaëtan Baudry est diplômé de l’ESSEC et a travaillé aux fondations Edmond de Rothschild dans la branche entrepreneuriat, accompagnant des centaines d’entrepreneurs dans leur projet de développement. Il a lancé le site My Business Plan en Décembre 2013. Il s’agit du site de référence sur la thématique du business plan avec des fiches pratiques traitant de thématiques entrepreneuriale comme « comment réaliser son étude de marché » comment prévoir ses ventes », des documents juridiques, administratifs et comptables en téléchargement, des modèles de business plan, et des experts pour aider les entrepreneurs.

Partagez cet article !

3 vidéos offertes + 1 guide

 

Arrêtez de faire l'autruche avec vos chiffres

…en cette période d’incertitude financière

Inscription réussie

Réservez votre place

Inscription réussie