Cette semaine, LMK Training inaugure une toute nouvelle rubrique sur le blog : Avis d’expert. Cette rubrique a pour objectif premier de donner la parole à l’ensemble des partenaires financiers de votre entreprise : banquiers, investisseurs, auditeurs, consultants…

Sans transition, je laisse la parole à notre expert de la semaine : Bernard Koenig.

Bernard Koenig est directeur honoraire de la Société Générale, Conseiller du Commerce Exterieur de la France et a travaillé près de 40 ans aux cotés des entreprises* ! Il nous explique quelles sont, selon lui, les fonctions principales d’un directeur financier :

Le directeur financier est un maillon essentiel de l’entreprise par les fonctions principales qu’il assure.

1. Financement de l’entreprise

Le directeur financier veille au bon financement de l’entreprise

  • Il détermine la capacité d’endettement au regard des fonds propres de l’entreprise (effet de levier).
  • Il définit les besoins futurs et est l’interlocuteur des banques de l’entreprise : il étudie avec celles-ci les types de financement appropriés à ses besoins CML terme au meilleur coût : un dossier bien préparé constitue un atout gagnant auprès de la banque. Ce dossier  intégrera les données de la situation actuelle de l’entreprise, si la banque ne les a pas déjà. Il est utile de présenter la stratégie future avec de préférence des données prévisionnelles chiffrées. Le banquier est ou doit être un partenaire, qu’il convient de tenir informé des importants événements de l’entreprise, à charge pour ce dernier d’apporter son soutien, même en période de conjoncture difficile.
  • De ce fait le directeur financier assure le meilleur coût du capital pour l’entreprise. Il garde ainsi ouverte toute la capacité de financement pour les besoins futurs.

 2. La gestion des investissements

Un meilleur coût du capital permet souvent d’accroître significativement la valeur actuelle nette des investissements, dont la gestion est la 2ème  fonction du directeur financier. Il n’est pas inutile d’insister sur l’importance que revêt cette gestion des investissements, puisque ceux-ci engagent l’avenir de la société.

Des méthodes faciles à comprendre existent : la valeur actuelle nette VAN, le taux de rendement interne TRI, voire la plus simple la payback period. Elles permettent aux dirigeants de vérifier si l’investissement est rentable au regard du coût de l’entreprise et/ou le temps que l’entreprise mettra pour rentrer dans ses fonds investis.

3. Gestion du fonds de roulement

Bien que moins noble, la fonction gestion du fonds de roulement est sans doute celle qui permet à l’entreprise d’obtenir les gains les plus immédiats. Cette partie consiste à examiner le cycle d’exploitation (entre le moment de l’achat des matières premières/produits nécessaires à la fabrication et à la vente et celui du paiement des ventes par le client) et à l’intérieur de ce cycle d’exploitation d’optimiser le cycle de conversion en cash. Le directeur financier ne peut  agir seul dans les 3 phases d’analyse préalable

  • niveau et rotation du stock, flux de fabrication : c’est certes du ressort du directeur de la production. Le directeur financier a pour rôle d’en connaître et suivre l’évolution et de rendre attentif par des ratios de rotation de stock sur d’éventuelles fortes différences avec les entreprises du même secteur.
  • niveau et délais de paiement fournisseurs : c’est avant tout le domaine du directeur des achats, mais les conditions de paiement et l’utilisation d’escomptes de caisse doivent être suivies par la direction financière.
  • niveau, qualité et délais de paiement clients : de la responsabilité de la direction des ventes. La qualité financière du client, et partant le niveau de ventes  avant paiement ne doivent pas être occultées. Les conditions de paiement seront comparées avec celles offertes par la concurrence.

Là  aussi des outils simples d’analyse et de décision existent.

Ces 3 phases sont les bases pour le calcul des besoins de fonds de roulement existants et futurs et de ce fait déterminent la trésorerie/liquidité de l’entreprise.

Le directeur financier veillera à gérer au mieux cette liquidité. Il prévoira avec ses banquiers les besoins à CT qui pourront en résulter en moyenne comme en saisonnalité ou en pointe.

 4. Le contrôle de gestion

Les 3 fonctions susmentionnées sont complétées par le contrôle de gestion et plus particulièrement la gestion des coûts, bien que de mon point de vue cette dernière doive d’abord être de la responsabilité de chaque entité de l’entreprise. Le directeur financier a ici plutôt un rôle de facilitateur, d’avertisseur et d’incitateur avec des tableaux de bord adaptés.

Ainsi le directeur financier est souvent par la transversalité de son activité le véritable bras droit du PDG .

Comme déjà mentionné, pour chacune de ces fonctions des outils simples existent, que directeur financier et patron de l’entreprise peuvent facilement utiliser.

Au-delà de ces outils, je conseille aux chefs d’entreprise/directeurs financiers de prendre le temps de faire une  évaluation globale de l’entreprise: avec quelques ratios extrêmement simples de liquidité, d’efficacité, de levier et de profitabilité, ils auront une vision de l’évolution de l’entreprise dans le temps, pourront  la comparer aux entreprise du même secteur et verront quasiment en un coup d’œil les points forts et points faibles actuels.

Un dernier propos corroboré par mes années d’expérience notamment en Allemagne :

PDG en tête et directeur financier doivent avoir toujours en vue de prendre les décisions dans le respect de la préservation voire de l’amélioration constantes des 3 actifs majeurs de l’entreprise que sont le client, le produit et le personnel.

Ainsi la direction sera certaine de réaliser l’objectif ultime à court, moyen et long terme de l’entreprise, à savoir la maximisation de la satisfaction des actionnaires ou des propriétaires.

*À propos de l’auteur

Bernard Koenig, MBA
Directeur honoraire de la Société générale avec près de 40 années d’expérience : responsable des dossiers de prêts puis responsable du conseil et des relations PME, grandes entreprises et multinationales dans divers pays européens, notamment direction des risques à Strasbourg, directeur commercial puis directeur d’agence à Francfort, directeur des activités françaises de la Sogenal (réseau commercial, activités de marché et de gestion), directeur général de SKB Banka en Slovénie, PDG de Ohridska Banka en Macédoine.
Conseiller du commerce extérieur de la France.
Chargé de cours à l’école de management EM de Strasbourg en finance et finance internationale.

Partagez cet article !

3 vidéos offertes + 1 guide

 

Arrêtez de faire l'autruche avec vos chiffres

…en cette période d’incertitude financière

Inscription réussie

Réservez votre place

Inscription réussie